Le boudoir littéraire

Des chroniques littéraires, des partenariats avec les éditeurs.

17 avril 2011

Bonjour tristesse - Françoise Sagan

sagan

Quatrième de couverture :

La villa est magnifique, l'été brûlant, la Méditerranée toute proche. Cécile a dix-sept ans. Elle ne connaît de l'amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s'amusent, ils n'ont besoin de personne, ils sont heureux.

La visite d'une femme de coeur, intelligente et calme, vient troubler ce délicieux désordre. Comment écarter la menace ? Dans la pinède embrasée, un jeu cruel se prépare.

C'était l'été 1954. On entendait pour la première fois la voix sèche et rapide d'un " charmant petit monstre " qui allait faire scandale. la deuxième moitié du XXe siècle commençait. Elle serait à l'image de cette adolescente déchirée entre le remords et le culte du plaisir.

Mon avis :

Un livre que je n'aurais probablement jamais lu s'il ne m'avait pas été offert ! J'aime ce genre de découvert qui sont du même coup un peu improbables. Car sans une intervention extérieure, elle n'aurait pas eu lieu.

Françoise Sagan, je suis un peu comme la majorité des personnes : je ne la connaissais que de nom, notamment grâce au film sur sa vie sortie il y a peu de temps. Ce livre-ci est son premier, écrit lorsqu'elle a dix-huit ans. Quand on pense à cela : quelle écriture ! Des tournures de phrases, un vocabulaire que j'ai juste trouvés parfait ! A cet âge-là, écrire de la sorte est déjà un prodige.

L'histoire est celle d'une demoiselle de dix-sept qui sort de pensionnat (dans un couvent) et qui vit avec son père depuis deux ans. C'est une vie sans limites, avec une relation père-fille fusionnelle au sens amicale. Ils s'adorent, si bien que son père lui montre à voir une image de l'amour particulière. En effet, plutôt adepte des relations éclairs, passant d'une femme à une autre rapidement, la jeune Cécile n'imagine pas l'amour autrement qu'avec des amants passagers. Leur vie va prendre un tournant lorsqu'Anne, une vieille connaissance de son père les rejoint en vacances et qu'ils tombent amoureux et souhaitent se marier.
A partir de l'apparition de cette femme, l'insouciance de Cécile commence à s'étioler. Elle commence à réfléchir sur elle, sur son comportement de fille gâtée, elle cherche à détester cette femme qui bouleverse son univers tout en ne pouvant lutter contre son admiration et sa tendresse pour elle. Cela m'a fait penser à un parent disputant son petit enfant : bien que ce dernier soit énervé, il aime le fait de devoir obéir, cela le rassure. Au fond, j'ai eu l'impression que Cécile et son père se rendent compte que le temps est venu de grandir et qu'Anne est le personnage qui leur permettra cette évolution.
J'ai particulièrement aimé la fin, ce dénouement inattendu (de mon point de vue) et qui donne toute sa portée au titre "Bonjour tristesse".

Les récits contemporains sont parfois compliqués à comprendre pour moi. Ils me laissent un goût d'inachevé (au sens compréhension pour moi), qui me déplaît ! J'aimerai tellement savoir si ce que j'en ai pensé est réaliste, et ce qui se cache encore derrière le récit.
Quoiqu'il en soit, j'ai plutôt bien aimé cette lecture. Je ne sais pas si je relirais un livre de cet auteur mais je gardais un bon souvenir de celui-ci. 

Posté par marylinm à 10:43 - Contemporain français - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Je l'ai lu il y a longtemps, trop longtemps pour pouvoir en discuter malheureusement donc il faudrait que je le relise, mais je me souviens l'avoir aimé.

    Posté par MyaRosa, 19 avril 2011 à 22:01

Poster un commentaire